Copyright 2019 - Custom text here

Les Thérapies alternatives et médecines douces

Les Thérapies alternatives et médecines douces sont des médecines non-conventionnelles, au sens institutionnel du terme, qui peuvent être également nommées : médecines alternatives, médecines parallèles, médecines holistiques, médecines traditionnelles, médecines naturelles ou médecines douces. L'institution "Académie de médecine française" nomme ses approches, non sans un positionnement péjoratif, « thérapies complémentaires ».

Les médecines douces n'utilisent ni médicaments ni molécules chimiques pour traiter et accompagner les patients dans le rétablissement de leur équilibre. Chacune des médecines douces (ex : hypnose, kinésiologie) prend appui sur une démarche ou une philosophie spécifique, une conception de la maladie et des soins. La plupart aborde le "patient" dans sa globalité physique et psychique ou son histoire de vie. Les médecines manuelles douces abordent le corps dans sa globalité ( ex : ostéopathie, chiropraxie, étiopathie,...). La médecine traditionnelle chinoise (ex : acupuncture, shiatsu,...) se fonde sur les cinq éléments pour traiter les patients. Dautres thérapies alternatives sont apparues à la fin du XVIIIe siècle ou au cours du XIXe siècle telle la naturopathie ou l'oligothérapie.

Il existe à travers le monde plusieurs centaines de pratiques thérapeutiques douces et alternatives reposant souvent sur une pratique empirique, une accumulation de savoirs à travers les âges (médecines traditionnelles comme par exemple la phytothérapie, l'acupuncture ou la médecine ayurvédique), dont les effets sont de plus constatés par les institutions et professionnels occidentaux bien que leurs mises en oeuvres ne s'appuient pas sur des protocoles standardisés et homologués officiellement.

"Médecines Complémentaires et Alternatives" est le terme retenu par l’OMS qui en donne la définition suivante : « des approches, des pratiques, des produits de santé et médicaux, qui ne sont pas habituellement considérés comme faisant partie de la médecine conventionnelle (médecine occidentale, médecine allopathique) ». 

Selon les pays, leurs traditions et législations, les médecines douces sont plus ou moins répandues et reconnues et se développent en alternative ou en complément à la médecine officielle. Elles sont parfois utilisées dans des hôpitaux. Entre 20 à 50 % des populations de plusieurs pays de la Communauté européenne les utilisent (4 Français sur 10 en particulier les patients atteints de cancer en complément du traitement conventionnel).

f t g m