Copyright 2019 - Custom text here

Décodage biologique / Biodécodage

vous etes therapeute

Le "décodage biologique", aussi appelé "déprogrammation cellulaire" ou "médecine nouvelle", indique qu’un choc émotionnel est, la plupart du temps, à l’origine du trouble. La maladie (« mal à dit ») est ainsi la réponse du cerveau à un choc souvent externe. Ce programme réactif de défense mis en place par l’organisme lui permet d’assurer sa sauvegarde.Mais à quel prix !

Comprendre ce processus en donnant un sens aux symptômes permet de déprogrammer le cerveau donc de se libérer de la maladie. Une cartographie précise reliant chaque organe à un conflit particulier a été peu à peu élaborée et la connaissance du système énergétique du corps humain permet d'en comprendre le mécanisme.

Si la maladie est un programme biologique de survie déclenché par le cerveau, il est possible d’effacer ce programme en suivant une thérapie en biologie totale.

La maladie n’est plus a considérer comme une fatalité mais comme l’expression inadéquate d’une solution de survie face à une situation conflictuelle. L'organisme en est encrassé et plus perméables aux toxiques, polluants, radicaux libres, acides (notamment l’acidose due à l'alimentation industrielle, au stress, à la sédentarité, à un manque d’oxygénation)... et si survient un choc émotionnel intense – selon le décodage biologique, c’est un conflit mal vécu qui est à la source d’une pathologie –, l’événement touchera d’abord les corps subtils qu’il pénétrera puis l’émotion se fixera sur l’organe se trouvant en résonance. La circulation énergétique est perturbée, le champ vibratoire de l’organe baisse, les énergies dégradées s’y accumulent et aggravent l'état. Les antécédents personnels, les maladies et leurs séquelles, la perte de sens en fragilisent le terrain.

Sur le plan physique, cette inversion de la polarisation des cellules de l’organe touché par l'émotion génère une inflammation par un afflux de sang et de toxines induisant un dysfonctionnement, puis une maladie. Parfois jusqu’au cancer. Tout comme le désigna Sigmund Freud en son temps, la maladie est une conversion somatique, une biologisation, une mise en corps d'un conflit non résolu. A chaque organe correspond un conflit potentiel dont le choc, le stress révèle le symptôme.

Histoire

En 1978, le docteur Hamer, médecin allemand chef de service dans une clinique du cancer à Munich, vit un drame (l'assassinat, par un fou furieux, de son fils qui dormait sur un bateau pendant ses vacances). Ce choc émotionnel imprévu le prend totalement au dépourvu et il se trouve incapable de réagir. Quelques mois plus tard, le docteur Hamer développe un cancer des testicules alors qu'il est en très bonne santé. Il s'interroge si son cancer estt en rapport avec la mort accidentelle de son fils et décide d’analyser de nombreux dossiers de patients cancéreux, médicaux. Il découvre qu’un choc conflictuel a toujours précédé l’apparition de la maladie.

Cette découverte, telle­ment contraire aux thèses officielles de la médecine universitaire, voit le Dr Hamer viré de la clinique. Il continue cependant ses recherches et publie ensuite la loi d’airain du cancer qui se formule comme suit : « Tous les cancers sont provoqués et déclenchés par des conflits intenses et brutaux vécus dans l’isolement. C’est la nature du conflit qui déterminera la zone du cerveau qui sera touchée et l’organe où se localisera la maladie ». Par nature du conflit, il faut comprendre la manière dont le conflit est ressenti.

Quelques temps plus tard, le médecin français, Dr Claude Sabbah affine les travaux du Dr Hamer et enseigne depuis la "biologie totale des êtres vivants" qui vise à démontrer que la maladie est la réponse du cerveau à un choc externe, et s’inscrit dans le cadre d’un programme de « survie de l’espèce » que l’homme a perfectionné au fil du temps et gravé dans son cerveau. A son tour l'infimier Christian Flèche va explorer et théoriser le décodage biologique dans les années 1993. Si bien des différences existent entre les positionnements des uns et des autres théoriciens-praticiens, de son côté la médecine officielle continue de considérer la maladie comme une fatalité touchant le corps physique en oubliant que l’homme ne se résume pas à des cellules ou des organes mais qu’il se compose d’une triade indissociable : mental-cerveau-corps.

La séance

Elle s’attache à prendre en compte la triade mental-cerveau-corps dans la guérison des maladies. Comme la pathologie se situe au carrefour du physique et du psychologique, les traitements proposés interviendront sur trois plans : physique avec le décrassage de l’organisme et l’hygiène de vie ; psychique avec un travail sur l’histoire personnelle, les peurs et le système de croyances ; énergétique avec l’élimination d’énergies usagées ou perverses.

La démarche demande au patient une réflexion personnelle approfondie sur ses émotions et ses résistances, que le thérapeute aidera à lever afin de laisser place à une compréhension de sa maladie.

En séance, on cherchera à explorer le sens du symptôme (à quoi sert-il ?) et sa symbolique (à quoi renvoie-t-il ?). Les émotions qui surgissent correspondent au corps qui libère l’énergie figée, activant les capacités d’auto-guérison. Il n’existe pas de séance type car le traitement et sa durée dépendent de la problématique personnelle. Par ailleurs, le décodage biologique peut être pratiqué par différents types de thérapeutes et se conjugue bien aux thérapies manuelles énergétiques : kinésiologues, thérapeutes psycho-corporel, thérapeutes en hypnose, en reiki, ostéopathe, infirmière libérale… Néanmoins, des outils pratiques sont employés pour soutenir ce travail de libération : parole, PNL (programmation neuro-linguistique), hypnose Ericksonnienne, psycho-généalogie, mouvement et dessin spontané les yeux fermés.

Tarif

La durée des séances est variable (de 1h à 1h30), leurs prix : 60/80€.

Pour aller plus loin

livres : " Décodage biologique des maladies - L'encyclopédie des correspondances symptômes-émotions", de Christian Flèche, Le Souffle d’Or, 480 p., 29,90 €. . " Mon corps pour me guérir - Décodage biologique des maladies", de Christian Flèche, Le Souffle d’Or, 235 p., 21 €.; Biogenealogy, Decoding the Psychic roots of illness, Patrick Obissier, Healing Art; The Biogenealogy Source Book, Christian Flèche, Healing Art; "Racines familiales de la « mal a dit » de Gérard Athias, Éd. Pictorus, France, 2000, 232p., 21x15cm, 37,95$; " Le grand dictionnaire des malaises et des maladies - Le plus grand dictionnaire sur les causes des malaises et des maladies reliés aux pensées, aux sentiments et aux émotions" de Jacques Martel, Éd. ATMA / Quintessence, Québec, 1998, 336p., 23x15 cm, 29,95$

sites internet : https://biodecodage.com (Site de Christian Flèche)

Powered by JU Directory
f t g m