Copyright 2019 - Custom text here

Chromatothérapie® / Chromathérapie / Chromothérapie

vous etes therapeute

Chromatothérapie®, Chromathérapie, Chromothérapie, ou « cure des couleurs » sont les différents noms de la médecine vibratoire qui utilise les lumières colorées sous forme de rayonnements (aux longueurs d'ondes précises) projetées sur le corps ou de façon localisée. La lumière obtenues au travers de filtres ou autres moyens est ainsi capable d'apporter des informations vibratoires aux cellules (homme, animal, ou plante). La lumière colorée de faible intensité (à la différence de certaines photothérapies) favorise les réponses spontanées de l'organisme par stimulation physiologique et association des propres défenses de l'organisme.

La pratique vise à susciter des réactions des organismes et organes vivants (en dehors des sensations que peuvent évoquer ces couleurs) pour le traitement de maux et maladies.

C'est une pratique au confluent de la tradition chinoise et des recherches les plus modernes sur la transmission éléctromagnétique des informations et le pouvoir thérapeutique des couleurs capables de mobiliser de façon sélective les énergies décrites par la tradition. La Chromatothéparie améliore la mémoire, les troubles de l'attention, l'angoisse et le fond dépressif.

La luminothérapie (reconnue officiellement en médecine) consiste, elle, à exposer les yeux à une lumière d'intensité et de spectre lumineux spécifique proche de la lumière solaire.

La chromatothérapie intégre aussi  les capacités vibratoires des oligoéléments comme outil thérapeutique. On parle alors de Chromatothérapie moléculaire qui utilise les mêmes longueurs d'onde que la Chromatothérapie lumineuse "colorée" mais en provenance non pas de la lumière mais de la matière. Au niveau cutané: an application locale de pommades contenant l'oligo-élément souhaité.  Par voie orale: Sous forme de potions ou de granules homéopathiques. Le choix de l'oligo-élément se fera en fonction de la zone qui est a traiter.

Histoire

La médecine énergétique s’appuie sur la théorie des cinq éléments. Par exemple, les gens qui souffraient des maladies au niveau de l’intestin étaient traités avec la couleur jaune, les épileptiques devaient se coucher sur des tapis violets… Les Égyptiens utilisaient, pour guérir, des eaux qui avaient été exposées aux rayons lumineux à l’intérieur de verres colorés.

Avicienne (980-1037) évoque la chromothérapie dans « Qanûn ». Il voit la couleur comme un élément important dans le diagnostic et le traitement médical. Il écrit que « la couleur est un symptôme de maladie observable » et il développe une charte qui relie la couleur à la température et à la condition physique du corps du patient. Son point de vue est : le rouge agite le sang, le bleu ou le blanc le refroidit et le jaune réduit la douleur musculaire et l'inflammation.

Pendant la Renaissance les artistes, de même que les scientifiques (par exemple : Da Vinci) étudièrent les réactions éprouvées au contact avec les différentes couleurs. Ensuite, en 1704, Isaac Newton publia l’œuvre « Optique » expliquant les lois de la réfraction et réflexion de même que la décomposition des couleurs que l’on connaît de nos jours. Puis tout au long du XIX, plusieurs scientifiques publièrent des ouvrages qui peu à peu approchaient de la chromothérapie tel quelle est conçue aujourd'hui. Edwin D. Babitt publia « Principe de la lumière et les couleurs ».

L'usage thérapeutique de la lumière naturelle en médecine remonte à la fin du XIXe siècle. Son effet remarquable sur la stimulation du système immunitaire et la lutte aux infections conduit au développement des premières techniques de luminothérapie, récompensées, en 1903, par le prix Nobel de physiologie ou médecine (remis au médecin danois Niels Ryberg Finsen). En France, la technique est popularisée dans les années 1920, entre autres par Jean Saidman (créateur de fameux solariums tournants à Aix-les-Bains, Vallauris et Jamnagar en Inde) et par les frères Biancani. Puis les études du Dr. Dinshah Ghadiali qui publia en 1933 « Chrome metry Encyclopedia » expliquaient les traitements pour un grand nombre de maladies.

Toutefois la découverte de la pénicilline et les campagnes de vaccination massive conduisirent cette approche à tomber dans l'oubli.

Ce n'est qu'en 1984 et les découvertes de Norman E. Rosenthal et de ses collègues du National Institute of Mental Health aux États-Unis que l'utilisation de la luminothérapie en psychiatrie clinique fit sa première apparition pour soigner la dépression saisonnière..  Pendant plus de vingt ans, plusieurs chercheurs de par le monde, explorèrent cette voie pour le traitement de la dépression saisonnière, les troubles du sommeil, du rythme circadien et l'insomnie, la dépression non-saisonnière. Mais malgré des résultats spectaculaires, la reconnaissance de cette technique fut extrêmement longue, le docteur Lam, auteur d'une vaste étude canadienne sur le sujet, déclarant : « C'est une honte qu'un si grand nombre de personnes ne puissent avoir accès à la luminothérapie, cela, uniquement parce que les médecins ne connaissent pas ce traitement ».

En 2005, après 20 ans d’indifférence mais confrontés à l'évidence de l'efficacité du traitement que les collèges et associations professionnelles e psychiatries américains reconnaissaient  officiellement la luminothérapie comme un traitement efficace, de première ligne, contre la dépression saisonnière et certains troubles du sommeil.

Le Docteur Christian Agrapart, docteur en médecine et neuropsychiatre, acupuncteur, est le fondateur de la chromatothérapie et du CEREC (Centre d'études et de recherches sur l'énergétique et la couleur), structure qui poursuit des travaux fondamentaux sur cette nouvelle approche thérapeutique et organise la formation auprès des thérapeutes. La chromatothérapie a maintenant près de trente années d'existence.

La séance

Cette thérapie comme toute médecine, nécessite un diagnostic par un médecin sur les plans anatomique, énergétique, psychique.

La Chromatothérapie® lumineuse consiste à projeter des rayons lumineux colorés, obtenus par passage d'une lumière blanche à travers des filtres sélectionnant dans le visible des longueurs d'ondes précises, perçues à l'œil comme "des couleurs". Le praticien place devant la lumière blanche des filtres performants selon un choix précis de longueurs d'ondes) et mesurez le temps d'expositon. Les résultats ne sont prévisibles qu'après mesure du temps d'exposition.

Le Chromatothérapeute va utiliser la lumière directement au niveau d'une affection quand l'agent pathogène vient de l'environnement (traumatologie, algies secondaire à des traumatismes, séquelles de traumatisme crânien), sur les arthroses, arthrites et tendinites ; sur leszonas, herpès, cicatrices de brûlures ou post chirurgicales . Le Chromatothérapeute va utiliser la lumière au niveau oculaire pour des actions de régulation "centrale" au niveau des yeux, avec double effet psychique et physique. Elle pourra aussi être utilisée pour le traitement d'insolation, ou d'état de choc.  Le praticien utilisera la lumière également au niveau des points d'acupuncture (déterminé préalablement au traitement par l'écriture trigrammatique qui lui est propre).

Pour en savoir plus

Livres : "ABC de la chromathérapie" (PDF Online Francais), de broché - J.J. Quenet  ; "La chromothérapie - Couleurs et lumière de votre bien-être", de Dominique Bourdin et Sylvie Bourdin-Darsonval, éd. Eyrolles, 184 p., 10 €.; " Chromothérapie pour les enfants", de Neeresh-Fausto Pagnamenta, éd. Ambre, 127 p., 19,80 €.

Site internet :  www.chromatotherapie.com ; https://www.color-institute.com/013-chromotherapie.html

f t g m