Copyright 2019 - Custom text here

Homéopathie

 vous etes therapeute

L'homéopathie est système thérapeutique basé sur la loi de similitude, du grec homoios (semblable) et pathos (souffrance). Il s'agit de soigner un mal par un remède semblable à ce mal mais à des doses extrêmement diluées (principe de l'infinitésimal qui demeure un défi scientifique) en poussant les réactions de défense corporelles sans rendre la personne malade. L’homéopathie utilise les effets thérapeutiques des substances en atténuant leur toxicité.

L'approche globale de l'homéopathie vise à traiter le malade avant la maladie et s’intéresse à la fois au corps, aux émotions, au mental et à l’esprit.

L’homéopathie est utilisable pour pratiquement toutes les maladies (elle ne remplace pas les médicaments allopathiques en cas de maladies graves). Par exemple, l'insomnie peut être soignée par Coffea (café) puissant stimulant qui provoque une surexcitation du cerveau et donc de l'insomnie. Certaines inflammations aiguës, douleurs piquantes et brûlantes, surtout si elles provoquent une rougeur (par exemple, certaines angines), seront soignées par Apis Mellifica, le venin d'abeille. Les problèmes nerveux (états anxieux, déprime, dépression, troubles du sommeil, spasmophilie…) sont une des premières indications de l’homéopathie suivis par les infections et leur prévention (rhume, sinusite, mal de gorge, grippe, laryngite, rhino-pharyngite, bronchite, herpès…) et les allergies (eczéma, psoriasis, rhume des foins..). Son efficacité est appréciable aussi pour la grippe, les allergies respiratoires (désensibilisation homéopathique), la diarrhée (amélioration), les douleurs telles l’arthrose, la fibromyalgie (soulagement des symptômes), la fatigue chronique, les entorses. Egalement pour réduire certains effets secondaires des chimiothérapies ou des handicaps consécutifs à des traumatismes crâniens légers.

Les médicaments homéopathiques sont préparés à partir de substances végétales, animales, minérales ou chimiques, fortement diluées. Ils n’entraînent pas d’effet indésirable et ne présentent pas de risque de surdosage.

Peu coûteuse, sans effets secondaires notables, l’homéopathie est devenu un mode de traitements des plus répandus au monde. (De nos jours, plus d'un tiers des Français utilisent l'homéopathie régulièrement).

L'homéopathie s'applique aussi aux animaux et des vétérinaires leurs prescrivent des substances homéopatiques pour les soigner.

Histoire

Cinq siècles avant notre ère, Hippocrate évoquait le principe de similitude : "les semblables sont guéris par les semblables" .

Le médecin allemand, Samuel Hahnemann va créée au début du XIXe siècle l'homéopathie sur le même principe. À la recherche de soins moins violents, il expérimente sur lui-même des centaines de substances végétales et d'autres matières minérales et animales. Il s'aperçoit que des ouvriers manipulant du souffre ou des matelots manipulant du mazout sont couverts de dermatoses et se trouvent guéris par des doses infinitésimales de Sulfur ou de Petroleum (souffre et pétrole). Il découvre que l’écorce de quinquina, censée soigner le paludisme, entraine au contraire à certaines doses les symptômes de cette maladie chez les non malades. À partir de là, il comprend à son tour qu’une même substance peut avoir des effets nocifs ou bénéfiques selon les doses et l’état de la personne. La loi de similitude prenait son envol.

Le docteur Hahnemann élabore alors les trois fondements de l’homéopathie : le semblable guérit le semblable (similitude), les substances les plus diluées sont les plus puissantes et chaque traitement doit être individualisé car la maladie est unique à chaque individu.

La séance

En France, l’homéopathie est principalement pratiquée par les médecins qui ont souhaité s’y former.  Pour l'homéopathe, la maladie est la traduction d'un message d'être en souffrance. Derrière tel ou tel problème, il va essayer de découvrir les petites alterations émotionnelles ou psychiques.

La première consultation est généralement assez longue car elle est très personnalisée et nécessite un interrogatoire poussé et un examen clinique soigné afin de comprendre ce qui singularise le patient, d’où des questions apparemment surprenantes. L'homéopathe entre en radioscopie, se pose certaines questions, en pose, cela s'appelle l'anamnèse et écoute. Le médecin cherche à comprendre comment le patient réagit à son environnement : ses symptômes sont-ils améliorés ou aggravés par le chaud, le froid, l’humidité, le mouvement ou l’immobilité,
le matin ou le soir ? Il cherche aussi à comprendre le type de douleurs s’il y a lieu (brûlure, piqûre, tiraillement, localisation, irradiations…), le mode d’apparition de la maladie (brutale, progressive) ou encore les autres troubles qui accompagnent la maladie (digestifs, sommeil…).

Cette enquête permet ensuite au médecin de déterminer, parmi plusieurs milliers de médicaments homéopathiques, celui qui correspond le mieux aux symptômes évoqués. Ainsi que sa dilution (CH) adaptée à respecter : dilutions 4CH ou 5CH (pour les symptômes locaux ou lésionnels, comme une rougeur, un léger coup de soleil ou une brûlure d’estomac); dilutions 7CH ou 9CH (pour les symptômes généraux ou fonctionnels, comme les spasmes, les crampes, les maux de tête ou les courbatures); dilutions 15CH ou 30CH (pour les symptômes comportementaux, dans le cadre du stress par exemple ; et également pour les maladies chroniques).

Les homéopathes dits « unicistes » ne prescrivent qu’un seul médicament à la fois tandis que les homéopathes pluralistes, recommandent, en plus du médicament principal, deux ou trois autres remèdes.

Tarifs : variable (supérieur à une consultation hcez un généraliste) en fonction du temps passé par le médecin, cela dépasse généralement le prix d’une consultation classique.

Plusieurs médicaments homéopathiques sont encore remboursés par l’assurance maladie même si cela tend à se réduire alors que l’homéopathie, est une alternative économique pour l’Assurance maladie et notre système de soins. Le prix moyen des médicaments homéopathiques remboursables est plus de 5 fois inférieur à celui des autres médicaments remboursables. Globalement, les coûts annuels remboursés des médecins homéopathes (honoraires, prescriptions et arrêts de travail) sont 2 fois moins élevés que ceux des autres médecins généralistes (sources : SNIR, CNAMTS). 88 % des patients traités par un médecin homéopathe ne consultent pas d’autres médecins pour la même maladie

Pour aller plus loin

Livres : "Ma Bible de l'homéopathie" de Albert-Claude Quemoun (éd. Quotidien malin, 544 p., 23 €); "La santé de A à Z", Tootsie Guéra;
Sites internet : http://www.assh-asso.fr/ (Société savante d'homéopathie); https://www.britishhomeopathic.org (British homeopathic association); https://www.inhfparis.com (Institut national homéopathique français)

f t g m