Copyright 2022 - restons en contact

La cure Détox: détoxiner et purifier l'organisme

Aux changements de saison notamment ou bien en cas de fatigue ou encore simplement pour retrouver son équilibre, notre corps a besoin de se purifier et de se régénérer et la cure détox est là pour se sentir mieux dans son corps.

Une cure (ou un régime) détox est donc un mode d'alimentation spécifique qui sert en premier lieu à purifier son organisme, à mettre au repos le foie, les fonctions dépuratives, les instestins et les reins, les poumons aussi; à changer de rythme et accessoirement à perdre du poids. Elle favorise l'élimination des toxines accumulées dans le corps, qui peuvent être dangereuses pour la santé, voire même toxiques durablement.

Les polluants et toxiques à éliminer

Curee Detox pour éliminer les toxines, purifier l'organisme et retrouver la vitalitéNotons que le corps a besoin d’éliminer deux types de substances. Les substances endogènes sont des sous-produits du métabolisme intrinsèque (appelés déchets métaboliques). Ces molécules sont d’origine physiologique et sont sans risque si elles sont correctement éliminées au fur et à mesure de leur synthèse.Puis les substances exogènes** (dites « xénobiotiques ») sont des molécules d’origine externe qui n’ont aucun rôle physiologique et sont potentiellement nocives pour la santé.

Le mode de vie moderne expose chacun-e à des polluants multiples. Ceux d’origine alimentaire par les traitements chimique des végétaux/plantes, les traitements médicamenteux des animaux de boucherie, les polluants marins (ex : les métaux lourds) qui contaminent les poissons et crustacés, les additifs alimentaires (colorants et conservateurs artificiels, agents divers,...), l’eau de boisson contaminées par les toxiques agricoles et autres gaz industriels (pollution des nappes phréatiques, traitement chimique de l’eau, radiation atomiques et hertzienne). Les pollutions d’origine aérienne affectant l'atmosphére et l'air que chacun respire (gaz d’échappement, pollution industrielle, radioactivité, ...). La pollution cutanée par les molécules chimiques des produits d’hygiène et autres crèmes et maquillages, ...

Quels sont alors les aliments détox et comment faire une cure sur mesure qui vous est adaptée?

Seul-e ou en groupe et guidé-e par un-e spécialiste? L'esprit de groupe peu avantageusement soutenir votre démarche... L'avantage du groupe, de la cure d'une semaine par exemple, est qu'elle offre un panel d'approches et de pratiques dont vous garderez le savoir-faire pour le reste de votre vie. Par exemple une formation de base à la composition d'un menu équilibré, un apprentissage de nouvelles habitudes pour mieux s'alimenter.

Suivant l'accompagnateur-trice vous pourrez bénéficier de :  la détox solide (alimentation crue végétarienne), la détox liquide (uniquement des jus de légumes ou de fruits), le jeûne intégral (pour retrouver ses sensations), la micronutrition, la fasciathérapie (détox globale du corps), le Do-In (auto-massage du ventre, yoga,..), l'ostéopathie (microtorsions).

Parmi les plantes et les aliments détox*, suivant les saisons

. l’artichaut (favorise la sécrétion de bile par la vésicule biliaire et son évacuation vers l’intestin, c’est un bon diurétique, riche en potassium)
. le radis noir (favorise la sécrétion et l’élimination des sels biliaires, diurétique),
. le pruneau (renferme de l’acide tartrique qui est un laxatif naturel, ses puissants antioxydants détoxifient, idéal pour éliminer rapidement les déchets),
. le tofu (riche en protéines végétales, remplace la viande durant la cure de détox, rassasie rapidement, améliore la digestion, aide l’organisme à excréter ses toxines),
. le poireau (riche en fibres solubles et insolubles, en eau à 85% et en potassium voisinant les 256 mg pour 100 g, pauvre en sodium il favorise l'élimination rénale),
. l'ail (vertus anticholestérol et drainante grâce à ses fructosanes, à manger cru et écrasé),
. l'avocat (contient du glutathion qui favorise l’excrétion des toxines),
. les crucifères tels chou vert ou rouge, brocoli, chou-fleur…(apportent de la vitamine C, des fibres solubles à l’effet coupe-faim et du chrome qui régule le taux de sucre dans le sang, les composés soufrés aident le système digestif après des excès., le chou rouge est l'un des choux les plus riches en micronutriments),
. la betterave (renferme de la méthionine qui aide le corps à traiter les déchets de l’organisme, de la bétanine qui aide le foie à métaboliser les acides gras),
. le cresson (sa chlorophylle booste la production de globules rouges et d’enzymes détoxifiantes, source de carotène, de vitamine C et de minéraux, il est tant dépuratif que reminéralisant),
. la pomme (contient de la pectine, une fibre qui favorise l’excrétion des toxines et comme elle gonfle dans l’estomac au contact des liquides elle contribue au sentiment de satiété),
. le pamplemousse rose (fournit de la vitamine C en quantité qui est un puissant antioxydant qui capture et élimine les radicaux libres et les toxines, apporte des limonoïdes antioxydants et des caroténoïdes),
. le sarrasin (sans gluten il se digère facilement, un index glycémique bas, bloque le stockage des glucides sous forme de graisse abdominale),
citons également : . le bouleau et le romarin,

Les meilleurs légumes diurétiques* (suivant les saisons)

. l’artichaut  (apporte 85 % d’eau, 427 mg de potassium aux 100 g pour seulement 33 calories),
. l’épinard (près de 92 % d’eau, 504 mg de potassium et 52 mg de magnésium aux 100 g pour 28 calories, un bon aliment diurétique),
. l’asperge (renferme 93 % d’eau et 202 mg de potassium aux 100 g, apporte de l’asparagine une molécule qui stimule le bon fonctionnement des reins pour seulement un peu plus de 23 calories aux 100 g),
. le haricot vert (renferme près de 90 % d’eau et 224 mg de potassium, 3, 8 mg de sodium seulement),
. l’aubergine (apporte près de 93 % d’eau et 235 mg de potassium aux 100 g, et seulement 21 calories),
. la tomate (contient 94 % d’eau, 256 mg de potassium aux 100 g et 18 calories)
. le concombre (pratiquement que de l’eau à 96 %, apporte 157 mg de potassium aux 100 g et du silicium et du soufre - des substances qui stimulent les reins -, très peu calorique avec seulement 13cal aux 100 g),
. la courgette (près de 95 % d’eau, 262 mg de potassium aux 100 g et 16 calories),
. la salade verte (ne contient pratiquement que de l’eau à 96 %, 260 mg de potassium aux 100 g pour 13 calories),

Les fruits diurétiques*

Principalement à consommer en été ils sont toutefois plus caloriques que les légumes. Tout comme ceux-ci ils permettent donc d’éliminer les toxines, l’acide urique, l’urée, le chlorure… si ils sont bio ils éliminent les pesticides mais non-bio ils encrassent l'organisme tout comme les médicaments, Ils concourent à lutter contre la cellulite, les oedèmes, maintiennent l’équilibre acide-base de l’organisme, améliorent la fonction cardiaque et artérielle, préviennent des infections urinaires.

. le melon (apporte comme la pasteque 91 % d’eau, 335 mg de potassium pour 100 g, 33 calories aux 100 g ),
. la pastèque : (91 % d’eau, 129 mg de potassium pour 100 g et 35 calories, quelques traces de sodium),
. les agrumes tels orange, citron, pamplemousse (entre 87 et 90 % d’eau, entre 141 et 157 mg de potassium pour 100 g et moins de 2 mg de sodium, entre 36 et 47 calories aux 100 g),
. l’ananas (86 % d’eau, 142 mg de potassium aux 100 g, quelques traces de sodium, 53 calories, contient également de la broméline une enzyme aux vertus diurétiques),
. la fraise (apporte 90 % d’eau, 171 mg de potassium aux 100 g et moins de 2 g de sodium pour 34 calories),

__
* les fruits et légumes diurétique ne sont pas recommandés aux personnes qui souffrent d’insuffisance rénale, de lithiase urique (certains aliments diurétiques tel l’asperge ou l’épinard sont riches en purines), ni aux personnes qui suivent un traitement médicamenteux à base de diurétiques (pour traiter par exmple une hypertension ou un problème cardiaque)

**  Près de 80 000 produits chimiques sont actuellement utilisés en Europe et aux États-Unis. Certains produits chimiques synthétiques s'accumulent dans le corps humain et peuvent devenir toxiques à dose régulière ou élevée. Les polluants organiques persistants (POP), produits chimiques industriels (utilisés dans les retardateurs de flamme, les pesticides et les peintures, les liquides de refroidissement, les lubrifiants des équipements électriques) s'accumulent dans les tissus adipeux. Leur implication dans les perturbations endocriniennes, maladies cardiovasculaires, troubles neurologiques, maladies métaboliques, cancer ont été démontré scientifiquement

f t g m